La Filière Forêt Bois en Auvergne

Les terrains boisés s'étendent sur plus de 700 000 hectares en Auvergne et couvrent 27 % du territoire régional, un taux identique à celui observé au niveau national.

Les feuillus en plaine et dans les vallées et les résineux plutôt en montagne, sont représentés pratiquement à égalité.
Le chêne de la forêt domaniale de Tronçais est mondialement réputé. Le sapin, l'épicéa, le douglas, le mélèze et le pin sylvestre constituent la base de la forêt résineuse issue pour partie des plantations du Fonds Forestier National et qui arrive aujourd'hui à maturité.

Dans la forêt de production, les superficies en feuillus et en résineux sont très voisines. Cependant, les quatre départements n'offrent pas le même paysage. La forêt de l'Allier est constituée à 80 % de feuillus (principalement du chêne). C'est le département le moins boisé de la région. A l'opposé, la Haute Loire affiche le taux de boisement le plus élevé et possède la plus grande étendue de résineux d'Auvergne.

Une grande majorité du boisement est du domaine privé (85 %) et présente un fort morcellement : 600 000 hectares pour 210 000 propriétaires privés soit une surface moyenne de 2.8 hectares.

Les massifs forestiers auvergnats représentent un volume sur pied de 148 millions de m3 et produisent annuellement 5.8 millions de m3 de bois. Seuls 1.96 millions de m3 sont récoltés chaque année (taux de récolte de 34 %). Il existe donc un potentiel de récolte de bois supplémentaire sur la région.

L'exploitation forestière comprend l'abattage, le façonnage, le débardage, le tri par catégorie de bois et généralement le transport du bois chez le transformateur (scieries principalement). L'entreprise d'exploitation forestière (qui achète et revend les bois) peut exécuter elle-même les travaux ou les sous traiter à une entreprise de travaux forestiers.
400 entreprises de travaux forestiers sont recensées en Auvergne. Elles ont réalisé des efforts importants dans le domaine de la mécanisation (acquisition d'abatteuses, de porteurs, de skidder) afin de répondre au mieux à la demande.

La première transformation correspond aux activités de sciage, séchage, rabotage et traitement des bois. On compte environ 200 scieries qui commercialisent plus de 730 000 m3 de sciages, essentiellement des résineux. En 30 ans alors que plus de la moitié des scieries ont disparu, leur production annuelle a été multipliée par 3. Elles représentent près de 1 200 emplois directs situés principalement en zone rurale.
Les activités des scieries évoluent et certaines fabriquent aujourd'hui des composants bois (bois aboutés, bois contre collés, panneaux) et répondent ainsi à la demande des entreprises de construction bois.

La seconde transformation regroupe la charpente, la construction bois, le meuble et l'emballage. Elle représente en Auvergne près de 2 000 entreprises pour 5 600 emplois. Ce secteur est en plein développement.